Samedi 34 degrés

Samedi. La maison a retrouvé ses parquets. Poncés et huilés aujourd’hui. »Les parquets de Léopold et Henriette » , qu’on a dit…Ce sont les premiers occupants de cette maison, il y a plus quarante ans.

Le poncage a été difficile dans la pièce où le parquet était peint. Triple couche de peinture, sans doute. J’ai failli pété la ponçeuse louée. Mais ouf ! Et ensuite, pour les bords que la dite ponçeuse n’avait pas atteints, on a cru perdre nos oreilles tant le bruit de la « bordureuse » était perçant, destructeur de tympan. Je nous suis collé des cotons trempés d’huile d’olive dans les zoreilles. Vouiiii les travaux c’est pas toujours sexy….

Ce matin je ne voulais pas y retourner. J’ai besoin de me poser, de faire mes petites trucs zé choses au calme. J’ai des mamies et des taties qui attendent leur courrier et sont en manque. C’est plus important que de huiler un parquet fraîchement ponçé. Mais bon, allez…Et demain « bannette-papattes en ronds ». Non, on fait pas le forcing. Tout doux les bestiaux, faut tenir en longueur. Pas question de croquer du sandwich tout le week end et de ne plus pouvoir tenir debout, pas question.

Il y a une pièce, dans cette future maison, qui sera mon coin, mon atelier. C’est une ancienne cuisine rigolote. Je vais peinturlurer je sais pas comment encore mais je vais…tiens peut être des gegkos qui iront du sol au plafond…par exemple. Je peins toujours un gegko là où je vis.J’attends depuis vingt ans d’avoir une pièce bordel à moi où je pourrai donner libre cours à tout ce qui me sort par la tête. Toutes les formes, les matières, les couleurs, les essais, les ratés, et personne, personne pour venir y redire quoi que ce soit. J’attends depuis vingt ans alors je te dis pas comment je vais me défouler !

Dans cette pièce j’ai déjà punaisé deux courriers. Des dessins.

C’est une maman que j’aime depuis toujours et sa fille. Elles ont maintenant des poules et elles passent leur temps à les observer. Elles ont tout leur temps, elles ont une vie où il y a le temps, c’est un choix.

Elles m’ont envoyé leurs dessins. Et des tas d’explications sur le caractère des trois poules et du coq.

Il y a la poule noire qui terrorise tout le monde. Elle veut toute la bouffe pour elle.

Il y a la rousse qui a des stratégies pour ne pas affronter la noire mais s’en sortir quand même.

Il y a la petite poule naine, qui est leur préférée car elle refuse les conflits mais aussi se retrouve avec rien à becqueter, donc il faut prendre son parti, l’encourager.

Il y a le coq nain qui n’a pas pigé qu’il était nain et qui veut sauter la noire et la rousse mais là, c’est rateau sur rateau. Mais il est tellement con qu’il continue, obstiné. Et en plus il a un truc dans sa voix, un genre d’asthme, ça lui fait un Cocorico zarbi, pas trop macho, genre, mais il gonfle le torse quand  même, sûr de lui.

Voilà, jolie Fée des prairies si tu passes par là….Tu avais mis une poule rousse sur ton blog et je t’avais parlé de ces dessins.

J’étais bien sûr, complètement éclatée de les recevoir. Ils sont splendides, en plus. C’est donc la première chose que j’ai accrochée à l’arrache, dans le bordel de la petite pièce qui ne ressemble à rien. Et d’ailleurs ce midi, sur son balcon, j’ai vu une colonie de fourmis qui montent vers le toit, c’est dire si c’est le bouzou là dedans ! Chui pas sympa, je les ai un peu arrosées. Je ne sais pas pouquoi mais j’ai pas de feeling avec les mifour. Peut être depuis la Thaïlande où elles étaient redoutables, des hordes noires qui avalaient tout sur leur passage, par milliers, et t’arrachaient des bouts de mollets si tu trainais là.

Cet aprem, 34 degrés à 15h dans ma petite ville. C’est pas 37°,5 le matin, mais quasi. Le merle tient bon, avec des lenteurs tout de même. De temps en temps il est absent. Il vérifie sur son calendrier si quelqu’un ne lui aurait pas fait une farce. Genre, c’est pas mai mais aout et ce depuis avril…Par contre, côté martinets, y’a un truc pas normal. Ils sont peu nombreux, très peu et pas bavards. Leurs cris sont des roucoulades de séduction, de parade z’amoureuses. Le martinet a t-il trop chaud en ce mois de mai pour roucouler ? Finalement, y’a que les fourmis qui sont à la fête j’ai l’impression…

.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Samedi 34 degrés »

  1. Mais bien sûr que je passe par là !!! Ils sont effectivement splendides ces dessins, ils me font penser aux illustrations des contes russes… Je pense bien qu’elles s’éclatent la mère et le fille à observer les poules c’est fascinant, les poules ont toutes un caractère différent et souvent bien trempé ! A propos de coq sauteur, mais dans un autre genre toutefois, j’ai une anecdote : un coq qui a voulu sauter par-dessus le mur du jardin mais qui avait visiblement du mal avec les distances, du coup il s’est écrasé contre le mur et il retombé ridiculement, vexé la bête, mais vexé !!!! Jamais vu ça !!! On a rit et plus on riait plus il faisait les cent pas en se rengorgeant l’air de dire: « Attendez que je vous montre de quoi je suis capable !!! »

    1. Ah vexé, oui, ouh lala, les chats sont pareils. mes vieux matous trouvent parfois le lit trop haut et « dérapent » un peu pour y monter ….pas interet à leur dire quoi que ce soit sinon ils font la tête…

  2. Tu me donnes envie avec ton parquet fraichement poncé, cela doit sentir bon le bois, et quand tu vas huiler, l’odeur de bois va se mâtiner d’une sensualité gouteuse. Tu me donnes envie d’une maison de plein pied sur le dehors.
    Magnifiques ces poules et leur histoire. On s’y croirait ! Et ce sont des animaux tellement étonnants, plus familiers parfois que des chiens, c’est dire !
    J’ai hâte de voir ce que tu vas croquer (les fourmis ?)quand tu auras le temps de laisser tes yeux errer à l’horizon.

  3. on a huilé hier …ça sentait presque la noix de coco ensuite. Un jour peut être, tu verras mes planchers coco et mes fourmis sur place…(non les fourmis je les aurai bouté hors du territoire-atelier !)

  4. Avec quoi donc as-tu huilé ton parquet? Je n’ai pas le souvenir d’une odeur agréable quand on a huilé le notre…

    Ces poules, on dirait les miennes, mais ici pas de coq

  5. Avec un truc tout prêt à base  » d’huile de tung  » ki disaient….on a aussi de l’huile de lin + Thérébentine…à voir…

    1. Pour la deuxième solution, il vaut mieux poser un matelas dans le jardin pendant quelques nuits, rapport à l’odeur!
      Nous on avait mis de l’huile blanche (la truite, je ne me souviens plus de l’huile de quoi!!!), mais l’odeur était épouvantable, le résultat est pas mal par contre.

  6. Ici à la maison, le specialiste a huilé avec de l’huile de lin, ça donne un effet superbe. Attention, les fourmis sont dures à éliminer, et elles aiment la chaleur, quoi? 34°, c’est chaud! j’aime tes histoires d’animaux les fourmis, les poules et le coq, les merles, on attend la suite des histoires de La Maison avec grand plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s