Ils m’épatent.

Le temps passe.

Et tu sais ce qui continue de m’étonner le plus ? Les chant des oiseaux. Merles, pinsons et consors.

C’est eux qui me donnent la patate, me mettent le baume au coeur. Il a fait chaud comme en été mais ils ont tenu bon. C’était le printemps pour eux, on n’allait pas le leur voler si facilement.

Je t’écris et il chante. Le merle du quartier. Inlassable. Inlassablement amoureux et prêt. A je ne sais quoi mais inlassable.

.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ils m’épatent. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s