A l’est, à l’ouest, ça roucoule !

Depuis deux jours elle s’invite sur le balcon. Elle atterrit en douceur et fait les cent pas sur la rambarde.

.

.

La tourterelle inspecte, roucoule, se cache sous les feuilles. Scrute l’horizon, surveille les plantes chez moi. Elle reste au moins 10 mns, et puis une autre arrive à tire d’ailes, frôle autour et l’entraine.

C’est nouveau ça, messieurs dames, vous faites quoi chez moi ? En tout cas elle n’est pas farouche devant l’appareil. Je m’amuse bien.

.

Ca c’est côté Ouest, côté Est y’a aussi de l’amusement

.

Dame coqueli-coquette se trimballe en soutien-nénés, très à l’aise, sous mon nez.

.

.

C’est du pigeonnant, vous voyez ? C’est que la fillette, ses jours sont comptés, faut mettre le turbo. Jouer le grand jeu illico.

Et même que de profil, ça ferait genre lunettes de starlettes ? Un atout, deux fonctions ? Pas bête la coquette !

.

.

Vraiment quelle rigolade !

C’est que je cueille les coquelicots en boutons, pour les voir éclore en douce, tout pour moi. Il peuvent faire leur cinéma et moi je clic clac, je les immortalise. Ils le valent bien !

.

Retour vers l’Ouest, pendant que la tourterelle vole de ses propres ailes, je lui mets un bouquet de lilas pour la prochaine fois.

Dans ce vase que j’aime tant. Marchandé âprement à Vientiane, sur le marché du dimanche où je trouvais de tout.  Solitaire dans ma vie laotienne, c’était le jour où se faire plaisir. Et cette vieille vietnamienne fripée qui était intraitable pour négocier ses vases. Elle savait qu’ils me plaisaient trop, la gripsous !!

.

.

J’aime beaucoup le lilas. Tout comme le seringat, ils étaient dans mon jardin d’enfance, de ces odeurs qui restent.

Un jour j’ai habité une maison pleine de vieux lilas, des haies entières. Bénédiction ! J’en ramenais des bouquets au travail, pour les bureaux des collègues. Tiens, quelle ne fut pas ma surprise de voir que cela ne leur plaisait guère. « C’est du bois ce truc là, ça tient pas en vase »… » Ah cette odeur, c’est trop fort, y’en a qui supportent pas !! »

?? Je n’en revenais pas…Décidément nous sommes tous, et les uns et les autres, oui, tellement différents….

.

Publicités

10 réflexions au sujet de « A l’est, à l’ouest, ça roucoule ! »

  1. Superbes tes photos de coquelicots !
    J’adore faire d’énormes bouquets de lilas et après rentrer dans les pièces où ils sont, mmm le parfum !!! Je connais une maison où il y a toute une haie de lilas, incroyable mais vrai, les proprios ratiboisent la haie tous les ans pour les empêcher de fleurir, le truc que je comprendrais jamais !!!

  2. Oui la coquelicoquette est chouette !
    Et oui, des trucs qu’on comprendra jamais, ça tu l’as dit. C’est dingue j’en vois plein des trucs comme ça. Hein ?

  3. le lilas est luxuriant cette année , au bout du rectangle de fraisiers que je m’échine à desherber..
    moi, je trouve dommage de les cueillir, ils fanent trop vite , je les déguste le nez enfoui dans les grappes chauffées au soleil, c’est trop bon!
    avec en plus les papillons qui batifolent dedans!
    ta danseuse en tutu rouge et bustier rugueux est épatante, un peu aguicheuse affriolante!

    1. Oui ils fanent vite mais comme je n’ai pas de jardin, ça me fait du bien d’en chaparder dans les jardins abandonnés !! Et le bouquet est si beau.
      Ouaip la danseuse du Moulin rouge elle dépote !! Une star de BD ça ferait !

  4. Humm qu’est-ce que cela sent bon par ici, je me suis régalée aussi ces derniers temps avec le lilas, et les papillons qui volaient dessus.
    Bise

  5. Attention quand on cueille du lilas, la branche à laquelle on s’est attaquée ne fleurira pas l’année prochaine!!! Mais ça sent tellement bon que c’est difficile de se retenir je te comprends et tu es pardonnée.
    Rapport aux coquelicots, t’ai-je parlé de la cabane de tellus, un site pour sauver les mauvaises herbes (dont les coquelicots font malheureusement partie)? Tu pourras t’approvisionner auprès de Michaël pour égayer ton jardin de nielles de blés, bleuets sauvages et autre chardon. Le bonheur en fait, hein, c’est un peu ça?!

    1. Ah je ne savais pas pour le lilas. en fait je n’ose en couper que sur les très vieux, bourrés à craquer, c’est presque un soulagement pour eux, quelques tiges en moins. Sur les jeunots de moins de vingt ans, non, je me retiens….ben tiens…
      j’ai vu le tellus que tu m’as conseillée je vais trouver le bonheur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s