Une recette

Bonjour à vous,

Voici une recette. Non, ça ne se mange pas. Vous allez voir. C’est la recette de TOUT ce qu’il ne faut pas faire si tu veux garder tes lecteurs, ta foultitude de lecteurs si gentils que tu avais au début.
Tu sais au début quand tu as commencé un blog et que tu étais un gentil blogueur. Oh comme c’est joli chez vous, oh ça me fait du bien, oh, merci merci.

Tu étais content, hein ?

Non ?

Mais le temps a passé et il faut toujours que tu…non pas toi, Moi. Que je trouve des moyens de glisser sur une pente. En fait je fabrique la pente, tu vois ? J’ai dû être neige dans une autre vie. J’ai dû être quoi ?

Non, Zou-Machin-Truc, allez ne fais pas trop long, tu baratines, ça y est gentil lecteur est parti…

Bon, alors il faut faire quoi pour tuer dans l’oeuf un joli blog et voir les lecteurs se décourager ?

Il faut faire comme moi.

1. Changer de décor très souvent, même si ça devient illisible parfois, tu laisses un peu, pour voir….

2. Enlever ta liste de blogs amis

3. Créer des blogs annexes

4. Ajouter aux blogs annexes, qui d’ailleurs ne sont plus annexes à force, des pseudos, des identités nouvelles. Comme ça on ne sait même plus comment tu t’appelles, c’est le bouquet.

5. Déserter certains de tes blogs, par saisons, puis y revenir quand une mouche te pique. C’est le pompon.

6. Eventuellement ne pas garder le fil rouge de tes contenus, dévier, désarçonner, rebuter les amis lecteurs qui ont autre chose à faire, tu le sais.

7. Ne plus passer ton temps à mettre des commentaires chez les amis, et surtout, le pire : ne pas te mettre en lien sur leur commentaire. Y’a rien à cliquer sur ton nom, t’es tout mou du genou. Tu boudes ou quoi ? Non, même pas, t’as la flemme de te faire de la publicité, pourtant tu sais que ça marche comme cela.

etc, etc

Et pis un jour, le temps a passé, et tu te dis : Tiens j’ai fait quoi ?

Ben tes amis qui tenaient chaud ils te manquent un peu. Tu te rappelles déjà du bon vieux temps, quand tu étais douce et légère. Mais tu as mauvais caractère, tu ne sais jamais ce que tu veux et tu ne tiens pas en place.T’aurais comme un coup de blues. Demain ce sera sûrement terminé.

Il va falloir inventer quelque chose mais tu ne sais plus trop quoi.

La vie s’apprend finalement, je le vois, partout. Tout est prétexte à t’en apprendre un peu plus sur ton compte. Mon souci à moi c’est que je me demande si cela me profite, si je tire des leçons ou pas. Vraiment je me demande. Et toi ?

 

.

.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Une recette »

  1. ben alors , la copine! faut pas flipper comme ça! c’est pas grave! je me suis un peu demandé où tu trainais ces derniers temps , mais comme moi , c’est la submersion quasi-totale en ce moment , je me suis dit que chez toi ça devait être pareil !
    et puis, il arrive un moment où trop, c’est trop , faut débrancher un peu , et on voit bien ensuite ce qui reste , la vraie vie attend sagement et il faut bien s’y plonger , même s’il fait froid dehors et que des trucs pas top se pointent par là devant .
    je vois bien aussi chez moi, quand je ralentis la cadence des billets , les visites diminuent mais ,pouett! pouette! c’est pas si important, les petits liens qui se sont faits sont vrais, eux ; et c’est ça qui est bien ! les petits trucs qui réchauffent l’hiver!
    bises!

  2. Le problème des blogs, c’est que la relation « se compte en nombre qui » (viennent lire, laissent des commentaires etc etc.et du coup, on a ça à l’oeil, et on pense que si le chiffre va ou vient, c’est que la relation etc etc.

    La relation, c’est aussi ce qui relie au-delà des mots et des visites. Comme un fil de soie ( de soi?) fin et solide.
    Je n’ai pas le temps de commenter, mais je te lis un peu partout ( vive les agrégateurs 😉
    Belle journée

  3. Bises mes belles Dames !
    C’est surtout une réflexion sur moi même que je me fais. Le reste je relativise, et vous avez raison.
    Je suis juste dans une période/dates de fragilité, c’est ainsi. J’ai de la chance car mes lecteurs sont tout en velours et sentiments et patients, je le sais. C’est juste entre moi et moi…cette patience je ne l’ai pas assez.
    Merci, merci.

  4. C’est la Paola/Tifenn qui parle :-).
    On passe on repasse, on est esbaudis, tout ragaillardisparfois aussi, et puis silencieux, mais ainsi va la vie comme on dit. Mais toujours dans un coin de la tête, d’un mot, d’une pensée. Bises Lôlà la rêveuse, l’esperenceuse, la vivante 🙂

  5. hello ici ! moi aussi je passe et je repasse… Bon, la part de ma nature qui est plus concrète se réjouit de te retrouver quelque part ! (l’autre part, volage, comprend le slalom !)
    bises !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s