Couper, coller, envoyer, ne rien regretter

.

Parfois on est loin, parfois on est près.

Parfois on parle, on devrait se taire.

Ainsi on se coupe, on fait le blanc là où couleurs. On se  trompe, on blesse, ça saigne gris et on regrette.

J’ai peu de regrets, ce n’est pas ma tasse de thé. En vérité je n’en ai pas car je sais que je ferai tout pareil si…

C’est juste qu’après il faut avancer et rétablir l’équilibre quand un pont est coupé, entre deux êtres.

Il n’est pas coupé, il balance dans la tempête, il attend. Que ça passe. Que tu passes.

.

.

.

.

Alors envoie. Fais. Colle, papier, doigts, coupe, tisse, créé, mousse, amasse, glisse et retiens ta respiration. Le courrier est parti. Des fois c’est simple, des fois non. C’est la vie, tu dis ?

Colle, papier, cartons, découpe, pose, assemble ce qui se délite, refaire, plaire, aimer, prends.

Parfois c’est beau et simple. Et la vie se rejoint en deux bouts. Une carte pour ma vieille tante Je les attends, dit-elle, ne m’oublie pas. Un pot de fleurs. Je sais qu’IL les lui offrait si souvent, celui qu’elle pleure encore au bout de trois années sans. On ne compte plus maintenant. Plus maintenant.

Une autre carte pour un bébé de six mois. Un essai avec des morceaux de tissu. Je lui ai fait des collages pour ses trois premiers mois d’anniversaire : 1,2,3. C’est que ça compte au centuple à cet âge là ! Maintenant on passe au 6. Ensuite on fera l’année, on pendra le rythme. D’abord les mois puis les années. C’est comme ça, tu dis ?

Non, ne rien regretter.

Sur les collines mes yeux ont plongé. Il y a quelques jours c’était l’été indien. L’horizon s’étalait de l’Isère à L’Ardèche et nous au milieu.

Les enveloppes faites-maisons ont attendu trois jours, couchées et tassées sur l’étagère. Ce matin elles partiront vers l’aventure, changer d’adresse, dire oui, dire non, mais partir pour de bon.

Bonus………Rajout du jour !!!………….

MERCI à Mingigi,  la cinglée du courrier ! Un thé délicieux servi par des elfes et trois nouvelles amies dans les valises !

J’en suis toute baba, babouchka.

.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Couper, coller, envoyer, ne rien regretter »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s