Fait pas bon être un oiseau

En trois jours les arbres de ma rue ont pris trois semaines d’âge. Du vert au jaune et compagnie, ça s’est fait en deux nuits. Encore un coup de la lune pleine, comme un cadeau qu’elle aurait laissé derrière elle.

Aujourd’hui tu ne mettrais pas un orteil dehors pour cause de tempête de vent, alors je vois de la fenêtre.

Je vois que la lune a mangé le vert, serait-elle herbivore, chèvre ou vache qui pisse cette lune ? Ou alors peintresse d’arbres, tout simplement. Venue avec ses aquarelles précipiter le temps.

De ma fenêtre je vois aussi les nuages en armées serrées. Padadam, de droite à gauche, du Nord vers le Sud, ça défile à pas cadencé. Y’en a pas un qui traîne. Je voudrais pas être le Sud et voir ce régiment méchamment habillé m’arriver dessus. A toute allure, droit comme des paons, têtus, ne regardent ni sur le côté ni derrière.

Les arbres ploient de tous côtés, c’est une misère. Les feuilles frissonnent, grelottent, se frottent, se parlent, s’époumonent, tremblent, résistent mais. Mais ça va pas faire notre affaire. Déjà la lune a tout bouffé le vert, maintenant le vent joue les arracheurs de dents. Tout ce petite monde s’en prend une de première, en trois jours c’est un vrai coup de vieux, l’automne méchant qui aurait mal tourné avec sa lune. Elle lui aurait fait un coup en douce, avec son éclat incroyable, c’est vrai qu’elle était démente, il y avait feu sous les braises. Et récolte la tempête des amants.

Et puis surtout y’a les oiseaux qui n’y sont pas. Pas d’oiseaux. Je ne veux pas imaginer comment tu voles dans de telles circonstances. Et je t’explique : j’en ai vu quelques uns. Je ne les ai pas reconnu. Des trucs noirs qui tombaient en rafales, la tête en bas, ou bien des choses comme des chauve-souris géantes, les ailes molles, titubants, à vitesse Mag 300. Aucune maitrise les gars, panique à babord, siège éjectable d’urgence, plan de secours 45B, Allô Papa Tango, demande extraction d’urgence, d’urgence !!

Ah non, je ne voudrais pas être un oiseau en Vallée du Rhône aujourd’hui, je vous le dis !

.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Fait pas bon être un oiseau »

  1. Oh le joli mot que tu me donnes ! ben oui j’avais la tête qui désillait, qui tournicotait, hier, lundi. Pardi j’ai compris !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s