Voir un matin, cet autre là

Des fois.

Des fois des grands papillons se font les cils dans mon ciel. Mais que dis-je, petite péronelle, mon ciel est ton ciel, bien sûr.

On aimerait les porter sous des ombrelles fines et de dentelles. On se dit que c’est un soir d’octobre, qu’il a fait froid et c’est. Beau.

Des fois la lune est si ronde que tu trottes dans ton lit et ta tête en sort toute seule, avant tes pieds.

Tu ne vois rien dedans et puis tu vois dans la fenêtre un jour singulier qui se lève. Tu sais, tu te souviens de cette amie de 86 ans qui me dit Chaque matin je vois le soleil se lever de ma fenêtre et je me dis : Encore un matin que je vois, oui voilà un matin et je suis encore là pour le voir. ? En prime, de sa fenêtre, je t’ai pas montré ?, la vue sur les montagnes corses qui descendent vers la mer, alors…Tu sais.

Ce matin mes couleurs favorites étaient là. Rouge et violet. Et dans le ciel, oui.

Une autre planète. Doigts gelés, j’ai chercher à rejoindre. Vers les montagnes  du jaune en rayure ourlé de rouge brasier. Tu verras sur lesyeuxdisent .

Aube perçante, il y a ce moment où tout est irréel, on ne sait pas ce qu’il faut prendre, ni jusqu’où il faut regarder.

Selon ce que tu vois tout peut changer.

Et cet autre monde qui apparaît. Cet autre. Me plaît.

.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Voir un matin, cet autre là »

  1. PS Euh…Je crois que les couleurs du ciel ont rapport avec le chaud et le froid et la rencontre des deux. Plus elle est fulgurante plus….

  2. A l’angle de l’aurore
    parArmando
    Il y a un instant où, j’en suis certain, le monde s’attarde dans une étrange et langoureuse parade amoureuse.

    Cet instant si doux, où tout semble retenir son souffle, comme suspendu à un fil invisible, entre un passé moribond et l’avenir à naître, et où on sent en nous une jouissance aussi éternelle et mystérieuse que le silence du monde avant que l’homme pousse sa première plainte de nouveau-né.

    Le soleil semble sortir d’un profond assoupissement, dans une nonchalante douceur, enveloppant la nuit de ses bras timidement lumineux et, peu à peu, on voit naître d’étranges et fascinants contours à l’horizon. Les nuages s’habillent de rose et de noir au sortir de leur sommeil, comme pour mieux prendre de l’existence à nos yeux.

    Les oiseaux jubilent et tracent dans le ciel une danse parsemée de rêves de liberté et leurs chants se confondent à la plainte de la mer dont on distingue peu a peu les vagues à la crinière blanche habillée d’or qui ondulent inlassablement et s’avancent vers la plage où elles accomplissent heureuses et avec fracas leur destinée.

    J’ai décidé qu’elles devraient porter des noms. Comme toute chose ici-bas. Je leur donne les noms de gens qui ont croisé mon existence et qui m’ont tant manqué, qui me manquent et me manqueront encore cruellement.

    Que sont-ils devenus?… Qui deviendront-ils?… Je ne sais pas. Je ne le saurai sans doute jamais. D’ailleurs, pourquoi toujours tout savoir alors qu’il me suffit de poser le regard à l’horizon, là où la réalité de mes yeux s’achève et s’ouvre l’imaginaire, pour être moi-même.

    Il y a un instant où on voit passer les dieux, ivres de bonheur, sur la pointe des pieds, comme des ballerines, pour ne pas réveiller les anges.

    Et j’ai entendu dire, un jour, que les hommes l’appellent aurore…

  3. Merci les z’amis lecteurs po-aites
    Waouh, comme tu dis P.
    Waouh Armando et son cadeau
    Waouh mon lecteur fidèle au coeur
    Waouh ce matin ciel tout gris mais il y a tout. Le reste et le plein, hein ?

  4. Aurore et Aube
    En écrivant mon billet je ne savais plus la définition et je n’ai pas voulu chercher.
    Je voulais changer « aube  » en « aurore » et puis les mots, les mots…diront sans nous, allez…Quelque chose entre nuit et jour et qui fait le tour. Rond comme la lune, hier sur mon lit.

  5. Et bien moi, quand je pars au boulot, je mets la chanson de JJ Goldman : « Encore un matin »
    Encore un matin, un matin pour rien !
    Mais bon c’est pas tout à fait vrai, car j’en profite pour voir la mer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s