J’entends le bleu. Et rajout lycéen…

A travers la fenêtre j’entends qu’on n’entend plus. C’est un calme enfin. Quatre jours de tempête glaciale ont traversé les murs. Un bruit incessant.

Ce matin c’est le silence qui reprend l’espace. Je l’écoute avec délectation. Quatre jours sans lune et sans soleil. Un roulement de gris épais du Nord au Sud, des hordes de guerriers polaires remplis de brume épaisse à l’assaut de chaque altitude et te laissant seul sur Terre, courbé, les oreilles en vrille.

Ce matin le soleil revoir. J’ai vu bleu. Une autre vie alors, un autre air, j’ai longuement écouté le chat ronronner sur le lit. L’autre matou, lui, c’est d’abord des caresses et il cause. Une caresse, une phrase, une phrase, une caresse. C’est un grand timide pourtant mais sur sa couverture, son chez lui, il se lâche et raconte, raconte et ensuite seulement, ronronne en dedans. Il faut poser l’oreille contre lui. Il t’entend aussi.

Battent les coeurs dans le ciel bleu aujourd’hui.

Hier, je te dis, encore de beaux textes dans le blog collectif lesmillemots.

C’est une aventure francophone, un jeu à mille têtes sur des thèmes qui changent tous les deux mois. Photos, dessins, poèmes, textes longs ou courts…tout ce que tu veux. Bientôt un nouveau thème pour finir 2010 !

Chez Mabes c’est le ciel, nuages et autres astres qui rayonnent pour nos « rendez-vous poétiques ».

Des blogs où on mutualise, dépose, glisse, passe et se fait du bien ? Tu viens ?

…………………………………………………………….

RAJOUT du 19, 18h.

Une chouette photo trouvée sur le site Rue89.

Lycée, Paris XXeme.

Sur la banderole :  13 ans en taule, 16 ans pas responsable,25  au chômage, 70 …mort au taf.

Oh, Le lycée… moment phare de ma vie ! Lycéens je vous aime, c’est plus fort que moi. Très souvent je passe devant le lycée près de chez moi et je traine, traine savate et je vous regarde la gorge nouée. Vos tronches, vos fringues, le noir, les écharpes des filles, les couples, les clopes, les bandes, les bancs, les cheveux frisés, raides, longs,les p’tites gueules d’amour, les corps qui serrent, les rires, les sourcils froncés, les pelotages, les baisers mouillés où plus rien n’existe autour. Tout j’aime tout, et je frissonne la gorge nouée. Dans mes yeux vous ne le voyez pas mais je suis restée un peu là, sur ces pavés où tant d’essentiels se sont posés.

.

.

Publicités

4 réflexions au sujet de « J’entends le bleu. Et rajout lycéen… »

  1. ici, le vent tout aussi furieux ..
    les petites branchettes tombées pendant la nuit permettent d’allumer le poêle qui réchauffe la cuisine..ciel clair et bleu aussi .. du boulot à préparer pour cet après-midi ..Les chats coucounent chacun de leur côté .. et le maître chat aux cheveux hirsute est rentré de son équipée à Paris.je t’embrasse ! bonne journée!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s