Le Clézio, la voix haute et couleurs.

Je lis Le Clézio, emprunté à la Médiathèque . Titre :  L’inconnu sur la terre (j’ai mis en italiques des extraits). Un essai, des pensées de trois ou quatre pages maxi. On dirait le blog que tu rêves de faire.

Je relis chaque phrase en me disant : mais comment a-t-il pu écrire cela sans me prévenir  ?

Ecrire , ça serait tout à fait bien si on pouvait en même temps voir ce qu’on écrit, si les mots pouvaient bouger et changer de place comme les oiseaux, voyager.

J’ai peu lu de cet auteur. Plus jeune je n’ai pas accroché, pas prête. Et puis il y a quelques années ce petit livre comme je les aime. Ciselé et gravé dans l’enfance de l’imaginaire. Son Afrique et son père. Une pépite.  Et maintenant ces bouts d’histoires, de regards. Facile le soir au fond du lit de s’endormir après ces morceaux de puzzle.

C’est là qu’il faut aller, oui, oui c’est par ici qu’il faut entrer (…) Il faut laisser tout ce que l’on a ( ce que l’on croit avoir) et entrer dans l’espace ouvert. Il faut quitter les refuges et les chambres closes, et glisser en avant, en s’écartant, pour recouvrir tout ce que l’on voit. C’est quand on est le plus loin qu’on est le plus proche, comment comprendre cela ?

Je lis à voix haute le soir. Je pense que je vais lire à voix haute tout ce livre. Voilà qui fera qu’en ce jour de fête dans ma maison, aucun ciel gris ne rentrera.

Autre chose, encore une rencontre via les blogs. Tu sais que cela me remue trop ? C’est en peu de temps tant de remue méninges, de corps, de mots, de silences. Je ne peux m’empêcher de charivarier, de me demander quelle ombre tu auras vu de moi.

Et puis un être entre en nous et ne ressort pas. Alors je dois t’installer pour de bon dans ma vie, cela ne se fait pas en trois coup de cuillères à pot. Et puis nous ne nous trompons pas. Nos espaces sur le net nous ressemblent et c’est émouvant.

Un jour les blogs n’existeront plus, ou bien ils seront sans échos, je le crois, pas le temps pour les commentaires, trop de fesses-bouquées, trop d’iiiphones dans les oreilles, etc. On pourra alors rester en silence, en secret, et poser nos dérives sur l’écran, juste pour nous, se laisser glisser. Les échos seront les vraies rencontres, les croisements, des bouts d’herbes sous les pieds. La tienne est bleue, la mienne est violette et rouge. Ce serait gai de voir vraiment les couleurs des rencontres, de les voir dans l’air, tels des arcs-en-ciel, flotter, se mêler. Et chacun repart de son côté avec une nouvelle teinte dans sa palette, voilà c’est pour cela que je mets 24h à m’en remettre.

.

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le Clézio, la voix haute et couleurs. »

  1. Le Clézio j’en suis amoureuse depuis mes 16 ans. Le jour où j’ai lu « desert » trois fois au moins. La liberté. C’est ce qu’il est pour moi. Et poète. Je vais chercher le livre dont tu parles.
    Les rencontres via blogs oui. C’est vrai que c’est nous, plus que jamais, dans ces mots posés ça et là. Mais en vrai. Qu’est ce qu’on veut bien montrer? beaucoup moins. Ou laisser deviner.

  2. Oui, on dit beaucoup plus par l’écrit ?.Mais ce qui m’émeut le plus dans le face à face c’est ce qui filtre malgré nous, cela m’émerveille et m’intrigue.

  3. et bien moi j’ai dû tomber sur le livre (la Quarantaine) trop soporifique car c’est le seul auteur que j’ai jamais abandonné.
    mais j’y reviendrai car il n’a pas rejoint Albert Camus ou François Mauriac par hasard.

  4. Bonjour à vous.
    C’est vrai qu’il y a des adéquations : le bon moment, le bon auteur et parfois ce n’est pas l’heure, ce sera plus tard ou jamais. Ce sera la surprise. Je dois dire que cela me retient souvent d’offrir les livres que je vénère, de peur de ne pas tomber sur le bon moment pour l’ami auquel j’offrirai …A chacun « d’aller vers », en temps et heure ? Pour ma part, à de rares exceptions, c’est ainsi, par moi-même (y compris en tenant compte de conseils, bien sûr ) à mon rythme, que j’ai eu mes coups de foudre littéraires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s