Etre né quelquepart et puis…

.

Cette semaine j’ai repris pour de bon ce travail qui est celui que je préfère. Il s’agit d’initier aux bases du français des adultes consentants.

Ceux et celles qui lisaient le courant d’air ont déjà vu les dessins de ces femmes du quartier, leur imagier pour s’aider dans le déchiffrage de mots.

Oui, c’est un des job que j’aime le plus pratiquer. J’en ai essayé pas mal, 37 contrats signés depuis 1977, dans divers domaines et beaucoup dans l’Humain, j’avoue. Mais ce qui me plaît beaucoup dans ce travail c’est qu’il y a peu d’enjeu et pas de contraintes de résultat. En effet, l’éminente sociolinguiste et ethnographe que je fusse peux te dire que si tu vis depuis plus de cinq ans dans un pays , et qu’en prime tu ne comptes pas en repartir, et que tu ne parles toujours pas la langue (ou si peu)  ou que l’alphabet te pose encore problèmes…Ben c’est que tu n’apprendras jamais, parce que tu n’en as pas besoin plus que cela et surtout, c’est que le coeur n’y est guère. Une langue s’apprend avant tout avec de l’affectif, crois moi.

Parmi les personnes du quartier qui viennent « apprendre » il y a quand même des grands motivés, faut pas les oublier. Ceux là ont été scolarisés chez eux, leur alphabet ressemble au nôtre, et ils ont l’espoir devant. Pour les autres c’est « l’idée d’apprendre » qui est le moteur, avec celui de sortir de chez elles. Et ce sont déjà de belles motivations, qui me suffisent pour me lever le matin, moi aussi.

Ce boulot ne rapporte que peu de sous. Pas d’enjeu, pas de stress sur l’efficacité = financements réduits d’année en année, peu d’heures, et  paie en fonction. Logique ?

L’Humain sans compétition, sans souci comptable = « C’est peanuts »  – cacahouètes et eau de boudin – de nos jours. N’empêche, cela me va, tout à fait.

Pourquoi je te raconte cela ? Parce que je vais au boulot à pied et que je traverse le-dit quartier :  ces rassemblements de H.L.M excentrés. La ville est pourtant petite mais ils ont trouvé moyen de créer une zone hors du centre et d’y agglutiner quelques tours laides. Oui, je marche dans ce quartier et tout ce que je vois est triste. Souvent des tas de trucs sont au sol, bouteilles, tapis, papiers, bouts de bois. Des voitures, des immeubles, à peine de l’herbe, même pas…Et toujours me revient cette pensée, qui me revient souvent, dans pleins de moments de ma vie : Etre né quelque part… La loterie. Avoir eu la chance d’être née plutôt là que là et tout ce qui s’en suit. Je ne dis pas que tout est écrit et prédestiné. Tout reste possible, quelque soit l’endroit d’où tu viens. Mais il y a des départs vraiment plus faciles que d’autres. Et, tout simplement, chaque départ détermine tant de possibles, d’ouvertures et de fermetures.

Et si tu étais né enfant dans la brousse africaine ? Et si tu lavais ton linge dans une rivière du Nord Laos ?

Toutes ces vies que tu aurais vécu, si….

Sans doute ce que je préfère dans mon petit job actuel c’est que nous n’avons rien en commun, moi et les femmes que j’y cotoie. Et pourtant nous partageons, nos chemins se croisent dans nos vies tant séparées. Tout cela je l’ai déjà évoqué avant . Mais je confirme. Je radote. J’aime.

.

PS.

1. Tu as vu la page-à-part en haut ? C’est un essai, pour voir…

2. Le bleu c’est une passe, tu en verras de toutes les couleurs icitte.

.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Etre né quelquepart et puis… »

  1. au soir de notre vie, que comptera le plus?
    les chiffres de notre compte en banque? ou ceux des âmes aidées?
    je suis comme toi.. je préfère le second choix de vie..
    c’est tellement immense en intensité…
    cela fait de toi une milliardaire de bonheur en puissance.

    être né quelque part?
    je crois que je me serai adapté… finalement. mais le plus dur n’est pas une autre latitude ou des conditions de vie difficiles, mais bien plutôt la condition féminine.. souvent bafouée et humiliée.
    alors là ce serait dur pour moi… de subir sans rien pouvoir dire ou faire..

  2. Je trouve que le bleu du ciel sied particulièrement à ton billet du jour, mais j’ai sursauté en arrivant chez toi, je me suis dit, tiens, j’ai du me tromper de favori ! Et non ! Merci pour la surprise, c’est très réussi !!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s