Les yeux restent-ils partout ?

Retour là où j’aime aller. Etre.

Je me suis demandée : Pourquoi, pourquoi là ? Qu’est ce que tu y trouves de différent.

Et puis j’ai trouvé.

Le silence. La solitude. Deux heures à pied, deux voitures croisées sur la petite route goudronnée. Cette route qui ne conduit à aucune autre. Qui s’arrête. Après il faut attaquer la marche. Et tu peux monter sur les premiers morceaux du Vercors.

Et d’ailleurs je ne le fais jamais parce que je mets déjà deux heures à parcourir les deux kilomètres de chemin. Parce que je m’arrête. Parce que tout me retient déjà là. Parce que le silence et cette naturelle sensation ouverte. Les oiseaux, les herbes, le ciel, les arbres extraordinaires, le collines, les endroits où je reviens chaque saison. Tiens où sont les chèvres ? Ah ! de nouveaux chevaux ?

Je glisse dans un espace-temps mou et géant. Je ne veux jamais partir. Je marche lentement. Je ne croise aucun humain, c’est tout comme j’aime. Rempli d’êtres animés mais je suis là seule à marcher sur deux jambes. Drôle de bestiole.

C’est vrai je ne veux jamais revenir. Le soir seulement, j’admets être dans mon lit immobile. Et quand je ferme les yeux je retourne là-bas. Je vois les nuages sur les falaises calcaires. Et seulement à ce moment là, je me vois là-haut, restée. Suspendue dans l’air.

Je ferme les yeux, emportée. Je m’endors là où j’ai laissé mon regard.

Où sommes nous en vérité ?

Publicités

15 réflexions au sujet de « Les yeux restent-ils partout ? »

  1. on est là sans l’être transitoirement dans la journée, les yeux ouverts ou pas et l’esprit libre… Et puis la nuit, l’autre moitié de notre (sur)vie on est ailleurs, sans espace-temps.. On était et on est.. c’est l’essentiel…Quand au « on sera », qu’importe… on verra bien si..

  2. Ce paysage contredit Ferrat, chez toi l’automne n’est pas encore arrivé, les fougères donnent encore des cerises !!!!!

  3. « Drôle de bestiole » est une de mes expressions favorites. Je te vois l’employer en parlant de toi. Se remplir d’un paysage, absorber le ciel, humer le silence, toucher les cris d’oiseaux, quel bain d’extase !

  4. Respirer à perte de vue , sans entraves ,
    c’est ça qui te berce n’est-ce pas?
    et voler à tire d’aile , avec les piedsen éventails dans l’herbe
    Le soleil au bout du nez
    tu veux tout et rien en même temps!
    et en plus tu l’obtient!
    Sacrée fichue fée!

  5. Dans les commentaires on fait des fautes de français c’est mon lot aussi, celui de ceux qui préfèrent dire plutôt que se taire. C’est bien ainsi, fée !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s