Rendez-vous de vie.

.

Les jours ont passé. Trois. Trois grains de raisin ardéchois.

Un rendez-vous dans un village avec une fille que tu lis mais que tu n’as jamais vue. Pile pétante à 14h j’étais là et elle mangeait dans le petit restaurant.

Il y a bien une chose que tu ne peux pas connaître tant que tu ne l’as pas face à toi, c’est la voix d’une personne. Tu peux échanger des courriers, des mails, des photos, te faire une idée, une image et puis il y a la rencontre. N’est ce pas une chose incroyable ?

Dehors il a plu et c’était beau au travers de la verte tonnelle.  Châtaigne, la chatte du restau,  s’était installée sur mes genoux, entre nous. Elle avait compris qu’on prendrait le temps et qu’elle avait sa place.  Un rendez-vous de filles. Et cette voix douce, intérieure, lente et qui écoute. Châtaigne trois couleurs qui me regardait dans les yeux, ça lui a plu aussi. Moi j’ai quelle voix ? On ne sait pas comment on est. Vu de l’extérieur. C’est ça le problème, nous sommes limités.

Après la pluie, les collines ardéchoises étaient pour nous. Parfaite météo. Une lumière stupéfiante, entre le sombre et le renouveau.

Elle caressait les branches remplies d’olives. Elle aimait les champs de cerisiers. Je roulais des yeux sur les vignes. Le raisin sauvage on a chapardé. Son bleu incroyable, un bleu surnaturel. Il dévalait comme une vague verte et dessous, cachées, les grappes, des princesses coquines sous les jupons. J’en ai rempli mon chapeau.

Oui, il y a des jours pas comme les autres. Mais qu’est ce que je dis, y-a-t-il des jours qui se ressemblent ? Il ne faudrait pas. Il faudrait toujours ce sentiment d’abandon à ce qui vient. Ces petites surprises , cet émerveillement et passer outre tout le reste. Tout ce qui ne t’apporte rien.

Oui j’ai fait le calcul, j’ai vu quatre personnes exceptionnelles, ce jour là, entre le midi et le thé. Une amie pas vue depuis deux ans et trois blogueuses : une, deux, trois. Et je n’en reviens pas.

C’est la lumière après la grêle qui m’a poussée dehors pour repartir vers chez moi, refaire la route à l’envers. Parce qu’il y a un dedans et un dehors. On vient, on reste, on sort. Le mouvement. Mais le soir je ne dormais pas. J’avais des filles dans la tête. Je ne vais pas dire « trop » mais j’avais. Il fallait redécorer ma mémoire, mon cerveau en écheveau. Il fallait tisser. Trouver une place à chacune. Avec mille questions et les suspensions. Alors ça turbinait et, tu le sais, il y avait Elle.

Alors avec elle, en plus, comment veux tu mettre tes idées au clair, hum ?

Je te parlerais bien aussi de la gourmandise. J’aime les gourmands. Pour le thé ardéchois l’amie Agnès avait fait une tarte aux figues. Et puis il y avait plein d’autres délices sur toutes les tables où je suis passée ce jour là.

Comme je ne dormais pas, je suis sortie nue photographier cette splendeur de splendeur. Avec ses écharpes bleues de nuages irisés. Oui, sur le balcon il se passe des choses, ce n’est pas la peine de prévenir les voisins, ils sont au courant. Pour mon plus grand bonheur , et sauver mon honneur, tout le monde ne passe pas son temps à regarder le ciel. Ouf !

Tu vois c’était un jour plein. Le lendemain matin j’ai fait les beignets de bananes de Tifenn

En fait pour une banane bien écrasée en purée tu mets 2 CAS de farine, 1 CAS de sucre et un oeuf . (Je rajoute de la vanille et du sucre vanillé). Bien mélangé ça donne une jolie chose que tu mets à dorer , par morceaux, dans l’huile brûlante, flip flap de chaque côté ( ça va vite). Hop ! sur du papier absorbant et, tu vois, j’ai un estomac un peu chochotte mais là ce n’est pas lourd du tout, c’est… gloups. Tout dévoré.

Bon, pendant que je termine ce billet j’ai les doigts frigorifiés. Un grand coup de gla gla par chez nous. Bientôt la neige aux sommets du Vercors ?? J’aime bien ce grand coup de pied dans l’été. Un coup sec et direct. On ressort les pulls et les écharpes et on a envie de tricoter. C’est vrai l’amie m’a reparlé de mon billet sur le pull bleu, dans la tortue légère. Tu te souviens hein ?…Ben, euh, si, euh, non …Oui, je l’ai commencé il y a presque deux ans ce pull UNI qui fait mon malheur. L’homme a pris patience, tu sais qu’il a le don. J’en suis aux manches, je fais les deux en même temps, (une vraie calamité,  trop serré aux poignets, à l’arrache aux coudes, etc). Promis une photo du pull terminé !

Un jour, un jour..L’Amour faut pas désespérer.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Rendez-vous de vie. »

  1. Le goût du raisin sauvage, bleu, et dans leurs mains, c’est un partage, quelle chance elles ont eue là, quelle chance tu as eue toi, aussi. Et puis si la lune s’en mêle…

  2. quelle belle fin d’après -midi ! le soleil juste après la pluie ..
    Les sourires allumés autour des bols et le chat qui passe ..
    Un pantalon à rayures , des yeux qui font connaissance un peu plus ..
    Les rubans multicolores s’accrochent aux souvenirs en forme de revenez-y !

  3. Paola j’ai changé raisOn en raisin, j’ai remarqué moi aussi que le i et le o se cotoyaient d’un peu trop près, et je pense que c’est raisin bleu que tu voulais écrire ! Mais une raison sauvage et bleu ce serait aussi toute une histoire, tiens !

    Dans le vent des rubans , alors ? Une table pleine d’hôtes dans ton gîte si joli ! Merci encore.

  4. Me voici enchantée de recevoir des petits bouts de ce que je n’ai pas connu : la promenade dans les champs et les collines, la rencontre dans le petit restaurant, ton retour et la lune… bises d’ici !

  5. tu es sortie sur ton balcon telle Eve alors?
    j’ai essayé de prendre la Lune en photo ces derniers jours mais je manque de technique. Nullissime. Juste une ampoule sur fond noir. Grrr…

    1. Il faut modifier la lumière, je crois, enfin cf lesyeuxdisent, n’est ce pas ?
      Par contre pour ME prendre en photo, c’est impossible, même avec le plus simple appareil…
      J’éblouis trop, bien sûr. OU bien je suis invisible aux yeux des humains, oui, ce serait ça. Eclipsée.
      Ouarf ouarf !

  6. Ferveur est un très beau terme, j’en suis ravie et habitée, je veux.
    Merci !
    Enchantement aussi.
    Voyons voir ça donne envie d’écrire un conte entre ferveur et enchantements…avec les rubans multicolores, la lune et les raisins bleus..j’attends la suite !! La vôtre .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s