Trois jours presque quatre

.

Trois jours presque quatre sans rien dire, à marcher au bord de l’eau

La table du café devant le quai bleu. Blanc. Mats entrechoqués.

Dégringolade de tout en toi. Marcher au bord de l’eau. Les bateaux.

Le scintillement du vent en surface.

Un miroir tendu.

Mais pas tendu. Offert.

.

.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Trois jours presque quatre »

  1. L’océan me manque et ce silence devant son éternité miroitante qui nous ramène à l’essentiel.
    Peu de mots, mais plein d’émois, que tu transmets là… Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s