Seringat, et moi émois

Le seringat ce petit arbuste de rien. Cette fleur de tout.

Toute mon enfance. Ce parfum sucré.

Les parfums se donnaient la main entre le lilas et lui, le seringat. Ils me touchaient de leurs secrets, je leur répondais des miens. Une enfance seule dans un jardin, dans le secret des êtres vivants et cachés.

Il doit y avoir des choses que seul toi tu sais.

Tu sais voir, tu sais percevoir, tu sais. Sentir mais vraiment. Pas une histoire de nez. Une histoire d’être. Au coeur. Dans ces histoires, les passagers embarqués le sont de bonne grâce, énamourés, certains.

Comme son odeur sucrée, sa légèreté divine et sa simplicité.

Chez moi il y a de multiples vases bleus et blancs. Car ils viennent du Vietnam ou des alentours. Là où on peint à la main des fleurs bleues sur les vases.

Dans ma vie solitaire et laotienne j’allais distraire mes dimanches au grand marché local.

De tout et des fleurs et des vases. Il fallait marchander sérieusement sur les poteries. La vendeuse était redoutable. J’ai donc tenu à tous les ramener. Miracle, pas de casse !

Trois vases sont très petits. Je crois qu’ils sont mes chouchous. Bien sûr la  branche de seringat, volée dans la rue,  y a atterri.

Sur mon bureau.

Il n’y a pas de petit hommage…

.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Seringat, et moi émois »

  1. Le seringat , dans le jardin de ma grand-mère , à gauche , dans le petit chemin , un haut buisson , et ces fleurs fragiles , quel parfum étourdissant… ça fait des années que je n’en ai respiré … tu as de la chance .. ici je n’en ai pas trop vu .
    Tes vases sont ravissants!

  2. C’est sur le chemin de l’école que je les humais tous ces parfums délicats ; mon préféré, celui du seringat.
    Il m’a happé ce petit matin, odeur reconnue avant de l’avoir vu, tout en beauté de ces mille fleurs écloses.
    C’est maintenant de mon jardin que je m’enivre de ces odeurs d’enfance qui chaque année reviennent me souvenir.

    1. Merci et bienvenue ! Belles paroles douces.
      J’en plante un dans chaque jardin où je vis, même un peu, même passagèrement, donc, tout le temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s