Et si les acacias

De retour d’une escapade, ce qui te semblera le plus incongru sera peut être de te retrouver dans une rue qui t’amène vers ton travail. Oui, c’est ça. Pour y faire quoi, hein ? Y faire quoi de toi là ?

Et puis dans cette rue où il a beaucoup plu peut être reste-t-il des arbres. Peut être le service communal ne s’est-il pas acharné ici à les amputer, les castrer, les défigurer voire les couper totalement. Ce truc me rend dingue. La vanité de l’Humain face à des ancêtres vivants. Cela me met d’humeur assassine à mon tour. Passons…

Dans cette rue il reste des grands arbres, des robiniers-acacias. Et, comme il a plu, leurs branches frôlent ta tête. Ô Joie. Quelqu’un est là pour toi, sur ce chemin ?

Et Ô joyau, ils t’ont attendu pour faire leurs fleurs. Les grappes humides te tendent leur coeur. Tu cueilles, te voilà trempée de bonheur.

Que voudras tu faire de tout cela ? Rien c’est le mieux. Une soupe toute crue, une soupe de parfums où planter ton nez.

Ou bien une poignée dans une crêpe ou un truc du genre ou bien ?

Enfin, ce que tu veux.

Manger des fleurs

Les caresser

Croquer leur bonheur

Exister encore un peu

Avec la bouche, le nez, les yeux

Tu peux.

.


Publicités

8 réflexions au sujet de « Et si les acacias »

  1. Oui Lola, cela me met moi aussi d’humeur assassine…Cette année dans ma ville, « ils » ont abattu les arbres de la rue principale, et vont continuer encore, ces Anciens, témoins de l’histoire, abris des oiseaux, « ombrageurs pour promeneurs, ont eu l’indécence de ne pas pousser dans l’alignement souhaité par le jury « sensé » attribuer la quatrième étoile au concours des villes fleuries…On replante à la place bien sûr, j’espère pour ces jeunes arbres qu’ils sauront pousser selon les désidératas des élus, sans une feuille qui dépasse, sinon je crains le pire…une seule fois ils ont dû parlé aux arbres: on ne veut voir qu’une tête!
    Une ville se targuant d’être la capitale du bois…du bois exploitable seulement, à mon avis…
    Il est rare que je me rebiffe, mais qu’est-ce que ça fait du bien!!!
    Merci Lola pour tes textes superbement imagés!

    1. Bienvenue au club !
      Il faudra par contre que tu mettes mes accents car je ne suis pas Lola mais Lôlà et c’est très important pour moi les accents.
      A part cela, reçu 5/5
      Moi je prépare une lettre – décontractée et qu’il ne lira jamais – au Maire pour qu’ils cessent d’enlever les petites fleurs, coquelicots et autres belles pousses des trottoirs. A Paris on distribue des graines pour que les citoyens sèment à tout va et ici des pôvres gars – employés de l’inutile – râclent les fleurs au ras du pavé…Grrr.

  2. Bonsoir;
    Alors ici, au bord de l’eau , non loin, les palmiers sont envahis de bestioles microscopiques. On doit les tuer. Des palmiers vieux de plusieurs décennies. Anéantis par les infestations. Un gentil papillon…
    Moi, j’aime l’aubépine. Dans la garrigue.
    Et j’aime le lilas, par dessus tout.
    Ses couleurs tranchées, sa profusion de senteurs…
    Pas de jardin, pas de lilas…
    Isabelle.

  3. Les acacias, je crois qu’il en a des bleu-parme aussi !
    Des souvenirs de beignets pour moi et surtout bien sur le parfum et le bruit des abeilles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s