Troisièmement, absolument, les bateaux c’est merveilleux

Ben , oui, quoi…si tu n’aimes pas les bateaux, reviens une autre fois.

Parce que là, je suis restée dans les mâts. Ceux qui font cling cling, tu vois ? Je t’envoie des cieux remplis d’échappées belles, voiles rentrées, voiles sorties. Je n’ai rien d’autre en stock.

Que des cordes en cordes en lignes et rouleaux et des noeuds, des noeuds joyeux qui se tendent, qui mordent, qui pendouillent comme des bienheureux, comme dans un hamac au dessus de l’eau, tu vois le tableau…Des noeuds pas malheureux.

A l’horizon juste à hauteur des yeux. C’est pas la peine de chercher beaucoup plus haut ou trop loin, parce que tout est là. Juste le nez relevé à peine, ils s’élancent, c’est leur métier, même sans voiles ils sont agités, impatients et frétillants.Haut les mâts, droit devant !

Et les coques et les ponts ne font rien à moitié non plus. Toujours prêts à t’en mettre plein la vue. Balancés et forts, petite danse  de princes qui attendent des princesses.  Des Princesses au vent, des folles tempêtes, de quoi braver les mers et les océans.

Ce que j’aime chez les bateaux c’est qu’il n’y a pas de petits et de grands. Non, ce n’est pas vrai. Tous ils vont sur l’eau et ça, c’est pas donné à tout le monde. Tous ils t’emmènent fouetter les vagues au large et ça…Non, il n’y a ni grand ni petit,  tous un jour font face au vent, et ça…

C’est ton coeur qui largue les amarres…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Troisièmement, absolument, les bateaux c’est merveilleux »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s