Bleu, un corps, des manches ?

Un pull bleu t’en souviens tu ? Attendait son tour depuis des lustres dans ma vie, dans la sienne. En voici quelques nouvelles, tu en veux ?

Aujourd’hui, non, rien n’est joué. Il a comme un corps, mais décousu. Il y aurait un devant -bleu- va sans dire, mais peuplé d’un chat , d’oiseaux et d’herbe fraîche. Oh rien d’extravagant, ne vas pas sur tes grands chevaux imaginer des châteaux en Espagne peuplés d’animaux grandioses et d’oeuvres mémorables.

Non. Petit, simple, là.

Et un dos. Ah, le dos, c’est important. Il couvre , il couve des regards, il se penche, il s’arrondit le dos des pulls bleus dont Lui a envie.

Moi toujours peu. Oui, je dois te l’avouer. C’est la dernière fois. La dernière fois tu m’entends bien ? C’est fini. L’uni c’est fini, F-I-N-I. Oui, je te l’ai déjà dit mais à Lui aussi. Il sent que mes bornes trépassent. Je suis au bord du colaps…

Enfin, voilà, il y aura deux parties pour couvrir un corps. Il faudra les assembler, ce sera encore un défi et un record de longévité. Mais il faudra.

Je n’aime pas trop les records,  mais pour un corps à corps…Et les défis, oui.

Et puis j’ai démarré les manches. Les deux en même temps. La laine traîne sa rengaine, s’effiloche, se plume des poils du chat qui se lasse aussi, crois moi. Je crois qu’il n’y croit guère. Comme moi il ne sait pas. On va dire : ne réfléchissons pas.

Tu sais comme moi que parfois il faut laisser faire, gentiment aller de l’avant. Et tricoter poliment de quoi habiller l’envie et Lui faire plaisir aussi. Comme un cadeau. D’autres temps accompagnent le tic-tac des aiguilles. Des émulsions, des effluves, des rires, des doutes, des parlottes idiotes et des jeux comme des enfants. Alors, de temps en temps, je tricote légèrement et Lui il est content et le résultat il ne faut pas le prédire.

En bleu, un corps, des manches, qui sait ce que de nous il  adviendra ? Pas moi.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Bleu, un corps, des manches ? »

  1. oui, les tricots ,parfois nous tombent des mains , et les fils s’emmêlent jusqu’au point de non-retour.. que faire alors de ces morceaux épars..? il m’est arrivé, dans d’autre temps, au temps de ma première vie, de démonter et de repeloter , en attendant les jours meilleurs , où l’envie reviendrait.. aujourd’hui j’ai renoncer aux grandes déclarations laineuses, je tricote en petit format : chapeaux , un point c’est tout !( ou autres accessoires genre écharpes ou mitaines) Ma fille pleure en vain la robe molle et écrue qu’elle n’aura jamais de ma main : j’ai le refus farouche!

  2. C’est tellement beau, tellement construit d’Amour, de batailles qu’elles soient internes /externes…
    Et je vois de Claudel des sculptures…des folies. De Rodin, de l’Amour de la sensualité, des passions…
    De celles qui rendent fou ou qui se mêlent …

    Chapeau…

    Isabelle.

  3. Tu as raison, l’uni c’est ennuyeux, il y a des nuances dans la vie, allez, un pull arc-en-ciel, de plus, le tricot ne sert-il pas aussi à détendre l’esprit et l’empêcher de trop réfléchir 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s