Ces endroits là

Ce matin je suis allée vers le village où j’ai vécu huit années. Dans cette région nouvelle pour moi il y a treize ans, j’y avais fait un nid adoptif. J’y ai gardé mon garagiste et mon dentiste car ils sont humains et bienveillants, alors je les garde, oui,  précieusement, et je fais vingt kilomètres pour les voir.

De cet endroit il faudra que je ramène des photos. J’en ai très très peu, et de l’avant numérique. Donc, la prochaine fois…

Oui, la prochaine fois vous verrez la vallée douce qui glisse à l’orée du Parc du Vercors. Les rivières dévalent des roches calcaires. De chez moi-d’aujourd’hui à là-bas-d’hier,  il y a deux tournants magiques.

Le premier tournant vous fait changer de cap. Vous quittez la plaine de mistral et de soleil pour entrer dans l’abri humide. Un premier village au bord du fleuve surmonté d’un aqueduc est comme une frontière entre deux mondes. Tu sais que tu as changé de cap en ouvrant ta fenêtre et en humant l’air : de l’eau dedans, des sous-bois, des buis.

Le deuxième tournant est juste avant le village où j’ai habité et il t’offre une vue grand écran magistrale. Tout le fond de la vallée devant toi, l’horizon à 180 degrés flanqué d’une montagne avec son toit plat de neige, de novembre à avril. C’est comme un cône glacé, c’était mon baromètre. Desfois il fond, c’est qu’il a fait très beau. Desfois il se remplit de blanc, une vraie crème glacée, c’est l’assaut du froid et des nuages.

Je vous montrerai un jour. Mais vois tu, je n’ose guère y retourner. C’est que j’ai laissé, peut être, mon coeur dans les rivières vertes et froides ? J’ai tant arpenté ses chemins, ses verdures, ses champs aux vaches rousses… Je suis encore bouleversée de revoir ses paysages, mes paysages ? Et je ne peux encore m’empêcher de me demander…

Comment choisit-on les lieux où l’on vit ?

Mais ce matin, de la douceur d’être, là ou ailleurs…, je me suis remplie.

Et je te dis

Allons nous baigner, ami,  dans les rivières de la vie…

Se laisser aller

D’exister

Douce errance

Où mon coeur balance

Publicités

6 réflexions au sujet de « Ces endroits là »

  1. Moi qui n’aime « que » la mer, chaque fois que je vois une photo de chez toi, c’est magnifique.
    On en choisit pas toujours l’endroit où l’on vit, quel beau défi de s’y sentir chez soi!

    1. Tu as raison « défi »…et puis « se sentir chez soi »…est aussi un truc qui m’interesse …comment cela se déclenche ou pas…

      1. J’ai beaucoup déménagé dans ma vie et presque partout, je me suis sentie chez moi.
        J’ai même failli habiter dans le petit village que j’aime plus que tout… et pour être bien dans ma tête et dans mes baskets, je dois y retourner de temps en temps.
        Certains ont la chance de pouvoir vivre là où ils veulent, d’autres vivent là où ils peuvent et la plupart d’entre nous, je crois, vivent là où ils ont trouvé du travail…
        Belle journée où que tu sois!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s