Blanchie

Un blanc.

Un blanc comme un tourment. Un balcon, un linge à la fenêtre.

Oh ! regardes ces photos prises ce matin au travers d’une haie. Je te les montrerai.

Un blanc comme lassitude, comme désir, comme après le vent. Une page comme déserte et remplie, comme touchée par une grâce.

Un tout, un toi, un suspendu.

Dans ta rue, ta traverse, une rigole, un caniveau et toute ton eau.

L’absence, la diverse, le trésor, la patience. Comme un blanc dans le creux, voulant une délivrance. Comme rien.

Un blanc simple, un blanc bien. Tu veux bien ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s